La souffrance

Céline - novembre 2015

Céline – novembre 2015

Ce qui est le plus difficile à comprendre pour l’entourage ou la famille, c’est la souffrance créée par cette maladie. Nous arrivons tous à comprendre la souffrance qui est produite par une grippe, une jambe cassée, un cancer, mais la souffrance d’une maladie telle que la migraine, la fibromyalgie est pour certaines personnes tout-à-fait incompréhensible.

Celle des personnes borderlines est tellement grande que, parfois elles préféreraient mourir pour enfin arrêter de souffrir! Elles ne souhaitent qu’une chose, que celle-ci s’arrête enfin!

J’ai pu voir cette souffrance dans les yeux de ma fille. D’aucuns diront qu’elle avait tout pour être heureuse, une jolie petite fille, un mari, etc … mais elle souffrait malgré tout ! Tous les jours des hauts et des bas, des périodes meilleures avec une envie de tout faire, décrocher la lune, partir en voyage, etc… mais dans d’autres moments, la descente aux enfers, le sentiment de vide, de ne plus rien valoir, de n’être plus capable de rien faire…. dur! vraiment dur une pareille vie!

Pour l’entourage, c’est le même problème, dur de soutenir, d’encourager et de voir souffrir sans pouvoir beaucoup aider…..

Pour ma part, je compris qu’il fallait surtout être à l’écoute et avoir de l’empathie! Mais j’ai accepté que malgré tout, je ne pourrai jamais tout éviter et surtout qu’il ne me sera jamais possible de me mettre à sa place! En 2009, suite à sa tentative de suicide, après en avoir longuement parlé avec ma fille, je me suis promis de ne pas culpabiliser si elle devait en refaire une.

Nous sommes toujours dans l’attente du rapport d’expertise pour connaître les causes de son décès, mais pour moi celui-ci ne changera rien, car au bout du compte elle n’est plus là. Mais ce qui me console tout de même un peu, c’est de savoir qu’elle ne souffre plus maintenant, elle est libérée!

Bonne soirée à vous! De tout coeur avec vous!

2 Comments

  • Jo 28 mai 2016 22 h 57 min

    Moi et Céline avons cette meme maladie…nous en avons beaucoup parlé, nous parlions de nos souffrances, de nos doutes, de nos peurs, de nos colères mais aussi de nos joies, de nos rêves, de nos attentes… La vie nous fait peur si peur que parfois la mort semble être la meilleure des solutions! Nous nous sentons un boulet pour nos proches, un échec…parfois on aimerait se faire toute petite afin qu’on nous oublie…Être borderline je dirais que c’est comme un pompier sans sa protection anti-feu cest a dire que l’on ne peut pas combattre la vie sans être protegé soit par des medicaments ou un suivi psy voir une hospitalisation… j’ai fais 3 tentatives de suicide la dernière c’est grâce a ma mère que je m’en suis sortie elle a appelé mon frère pour lui dire que j’avais avalé une sacré dose de médicaments…je me rappel d’ailleurs avoir parlé a Céline au téléphone ce jour là car je n’allais pas bien?bref notee souffrance est difficile a comprendre mais croyez moi qu’elle existe bel et bien. J’ai beau avoir 2 enfants magnifique, un mari aimant, un job que j’adore et des amis et famille extraordinaire il m’arrive SOUVENT et de + en + de penser a en finir avec MA vie… je suis égoïste de penser ainsi certes, mais je suis fatiguée…fatiguée d’être ce que je suis, tout simplement…

    • clesch@bluewin.ch 29 mai 2016 21 h 58 min

      Merci pour ton conmentaire Joanne très poignant! Merci pour ton partage ❤️

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *