Suicide – Prévention

Ce soir, j’ai envie de vous parler un peu du suicide en général. Je sais que ce sujet n’est pas très joyeux, mais très tabou. Mais je voulais vous donner quelques informations, ainsi que des adresses qui pourraient vous aider, vous ou d’autres personnes de vos connaissances ou de votre entourage.

Je commencerai simplement par quelques chiffres, en 2014, 1’028 personnes nous ont quittées par suicide selon les statistiques de l’Office fédéral de la statistique, dont 754 hommes et 274 femmes. En fait, il n’est pas toujours évident de reconnaître à 100% un suicide, car certains peuvent être confondus avec des accidents.

Très souvent la cause d’un suicide est la souffrance qui peut sembler tellement insurmontable et devenir insupportable. La personne pense alors que la seule solution pour être enfin apaisée et ne plus souffrir est de mettre fin à celle-ci, en même temps qu’à leur vie. La mort leur semble le seul apaisement possible. Le suicide n’est pas un choix, car durant une crise, celui-ci semble le seul choix possible, on ne voit plus d’autre possibilité pour arrêter de souffrir.

Les principaux signes d’alerte pour les proches (Source CIAO (ciao.ch) :

Ce qui doit alerter les proches, c’est avant tout un brutal changement des habitudes de l’adolescent(e) et l’accumulation et la persistance de plusieurs des signes suivants: la rupture des liens avec ses amis, une tendance à l’isolement, un état dépressif, de l’anxiété, des difficultés de concentration, une brusque chute des résultats scolaires, l’abandon des activités sans raison apparente, un manque d’estime de soi, une désintérêt pour son hygiène personnelle, des perturbations de l’appétit, des accidents à répétitions, une lettre d’adieu, la distribution d’objets personnels précieux, le stockage de médicaments.

De plus, contrairement à certaines idées reçues, beaucoup de personnes qui veulent se suicider en parlent avant. Il faut donc prendre au sérieux certains messages. Ils peuvent être directs comme: Je vais me suicider, Je ne tiens plus à vivre, Je veux en finir, La vie ne vaut plus le coup, Je préférerais être mort(e) ou indirects comme: Je ne vous embêterai plus longtemps, Vous seriez mieux sans moi, Je suis inutile, Je ne m’en sortirai jamais, Mieux vaut tout arrêter.

Voici pour vous quelques adresses d’associations qui soutiennent les personnes en souffrance:

Les associations:

Dans la région BienneJura Bernois, Jura:

  • www.sos-resiste.ch (Association Interjurassienne de prévention du suicide
  • www.ipsilon.ch – des Associations d’aide et de soutien Suisses/Suisse romande avec des bureaux par canton – Source: IPSILON – Initiative zur Suizidprävention
  • www.stopsuicide.ch – C’est une équipe de jeunes qui se bat contre le suicide des jeunes
  • www.parspas.ch:  – Association valaisanne pour la prévention du suicide
  • Journée mondiale de prévention du suicide
    10 septembre

      La Journée mondiale de prévention du suicide, organisée le dix septembre, a pour but de susciter un engagement et une action à l’échelle mondiale en faveur de la prévention du suicide. Trois mille personnes en moyenne se suicident chaque jour. En outre, on compte vingt tentatives ou plus pour un suicide.
      • Avec le parrainage de l’Association internationale pour la Prévention du Suicide, l’OMS et ses partenaires prônent un traitement et un suivi adéquats des personnes ayant commis une tentative de suicide et une couverture médiatique plus discrète des suicides.

Association internationale pour la prévention du suicide (IASP)

Source: OMS | Journée mondiale de prévention du suicide (who.int)

Malgré ce grand tabou qu’est le suicide, il est nécessaire de parler à une personne de confiance si vous avez des idées noires ou si vous connaissez quelqu’un en souffrance! Bien sûr, parfois il ne nous est pas toujours possible de mesurer le degré de mal-être d’une personne proche, cependant en communiquant avec elle, vous aurez peut-être la possibilité de l’aider à surmonter la crise, du moins pour quelques instants ou quelques jours. Soutenez-la et encouragez-la à se rendre auprès d’une personne professionnelle! Tout le monde, même la personne qui semble super forte, peut un jour avoir besoin de l’aide d’un professionnel, que cela soit pour lui ou pour un proche !

Arrêtons de penser qu’une personne en souffrance psychique est « folle » et de stigmatiser les maladies mentales !

Au plaisir d’avoir un retour !

A bientôt

Ajouter un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *